Banner

Frequently Asked Questions

La Commune est une collectivité territoriale qui couvre le territoire d’un arrondissement, circonscription administrative. Nous habitons tous dans une Commune qui comprend une ou plusieurs villes et plusieurs villages. Le Cameroun a 360 Communes. (Décret n°2008/376 du 12 Novembre 2008 portant organisation administrative de la République du Cameroun).
C’est une ville ayant une importante population, transformée en Communauté Urbaine ayant à sa tête un Maire de la Ville.
Yaoundé et Douala créées en 1941
La Commune c’est la collectivité territoriale, la Mairie c’est le bâtiment où travaillent le Maire et ses Adjoints et où siège le Conseil Municipal.
Oui. Dans les 30 jours suivant l’accouchement, la naissance d’un enfant doit être déclarée par les parents à la Mairie qui lui délivre un acte de naissance. (Ordonnance n°81/002 du 29 Juin 1981 portant organisation de l’état civil au Cameroun).
Chaque commune inscrit dans ses registres toutes les naissances, tous les mariages et tous les décès qui ont lieu sur son territoire ou qui concernent ses habitants. Ces trois actes de l’état civil permettent de reconnaitre chaque personne individuellement.
C’est la loi n° 2019/024 du 24 Décembre 2019 portant Code Général des Collectivités Territoriales Décentralisées.
Elle comprend des Conseillers Municipaux qui forment le Conseil Municipal dont le rôle est de délibérer sur les affaires de la Commune. Ces Conseillers Municipaux élisent parmi eux un Maire et plusieurs Adjoints qui forment l’Exécutif Communal dont le rôle est de diriger la Commune.
Ils sont élus pour cinq (5) ans par les habitants de la Commune au scrutin de liste. Ils peuvent être réélus. (Loi n°2012/001 du 19 Avril 2012 portant Code Electoral).
Chaque année, le conseil municipal vote le budget de la commune. Le plus gros des recettes sert à payer le personnel et à faire fonctionner tous les services communaux. Ensuite les nouveaux projets sont financés en fonction de l’argent disponible. Le budget de la commune vient des subventions de l’Etat, des impôts locaux et des taxes payés par les habitants, les commerçants et les entreprises de la Commune. Comme les familles, la Commune fait parfois des emprunts.
Ce sont les hommes et les femmes qui travaillent pour la mairie, dans les services administratifs et techniques. D’autres encore sont employés dans les écoles, les centres de loisirs, etc.
Il faut être camerounais, homme ou femme, jouir de ses droits civils et politiques, être inscrit sur une liste électorale, avoir au moins vingt-trois (23) ans révolus, savoir lire et écrire le français ou l’anglais, et habiter dans le territoire de la Commune concernée depuis au moins six (06) mois. (Loi n°2012/001 du 19 Avril 2012 portant Code Electoral).
Il faut à la fois être Conseiller Municipal d’une Commune d’arrondissement de la Communauté Urbaine concernée, et être une personnalité autochtone de la Région de rattachement de la Communauté Urbaine c’est-à-dire un descendant des ethnies qui vivaient dans la Région avant l’arrivée d’autres groupes ou de groupes devenus prédominants. (Loi n°2019/024 du 24 Décembre 2019 portant Code Général des Collectivités Territoriales Décentralisées).
Toute personne physique et morale peut faire des propositions à l’Exécutif Communal ou Régional, tendant à impulser le développement de la Collectivité Territoriale ou pour améliorer son fonctionnement (Article 40 alinéa 1). Les enfants habitants d’une Commune et d’une Région peuvent donc faire des propositions au Maire de la Commune et à ses Adjoints pour la prise en compte de leurs préoccupations au niveau communal ou régional.
En créant, en construisant, en équipant, en gérant et en entretenant les centres de santé conformément à la carte sanitaire, la Commune :
  • Permet à un maximum de femmes et de filles d’accoucher dans des centres de santé et contribue ainsi à garantir le droit des enfants à la vie par la réduction de la mortalité infantile ;
  • Permet à un maximum d’enfants d’avoir accès aux soins et aux infrastructures de santé. La Commune contribue ainsi à garantir le droit des enfants d’être soignés et protégés des maladies à travers la lutte contre la maladie et la malnutrition ;
  • Permet à un maximum d’enfants handicapés d’avoir accès aux soins et aux infrastructures de santé. La Commune contribue ainsi à garantir le droit des enfants handicapés d’avoir accès à des soins particuliers.
Grâce aux services de l’état civil dans les Communes, chaque enfant peut disposer d’un acte de naissance. La Commune contribue ainsi à garantir le droit de chaque enfant d’avoir un nom, une nationalité et une identité.
En créant, en gérant, en équipant, en entretenant et en assurant la maintenance des écoles maternelles et primaires et des établissements préscolaires de la Commune conformément à la carte scolaire, la Commune permet à un maximum d’enfants d’avoir accès à l’école et contribue ainsi à garantir le droit des enfants à l’éducation.
Car à cause de l’incapacité économique d’un parent à subvenir à ses besoins ou pour d’autres motifs, un enfant peut être abandonné ou non scolarisé. Ainsi, à travers :
  • Sa participation à la gestion des centres de promotions et de réinsertion sociale ;
  • L’organisation et la gestion des secours au profit des nécessiteux ;
La Commune aide les adultes et les enfants en difficulté. Grâce à son action sociale, la Commune vient en appui aux parents ou autres personnes ayant la charge de l’enfant et à qui incombe en premier lieu la responsabilité d’assurer, dans les limites de leurs possibilités et de leurs moyens financiers, les conditions de vie nécessaires au développement de l’enfant. Grâce à son action sociale, la Commune contribue ainsi à garantir le droit de tout enfant à un niveau de vie suffisant pour permettre son développement physique, mental, spirituel, moral et social.
  • Les sports permettent aux enfants de se livrer à des exercices physiques se pratiquant sous forme de jeux individuels ou collectifs ;
  • Les loisirs sont l’ensemble des activités que les enfants peuvent pratiquer pendant les temps libres pour libérer l’esprit ;
  • La culture, c’est l’ensemble des connaissances intellectuelles et artistiques à inculquer à un enfant ;
  • La promotion des langues nationales permet d’apprendre aux enfants à parler les langues propres à la nation camerounaise et utilisées oralement ;
En exerçant ses compétences en matière des sports, des loisirs, de culture et de promotion des langues nationales, la Commune et la Région contribuent ainsi à garantir le droit de tout enfant au repos et aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge et de participer librement à la vie culturelle et artistique.